|

1971

Lutte pour la maternité libre et l’avortement

Les femmes françaises se mobilisent pour la défense de leurs droits et pour « la liberté de disposer de son corps ».

Vingt ans après la parution du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, et dans le sillage des événements de Mai 68 — que l’on a appelé la « Révolution sexuelle » — les femmes françaises se mobilisent pour la défense de leurs droits et pour « la liberté de disposer de son corps ». Elles militent pour une loi qui autorise l’IVG et sa dépénalisation.

En avril, un manifeste, dit des « 343 salopes », est publié dans la presse, signé des femmes qui reconnaissent avoir pratiqué un avortement, délit condamné par la loi depuis 1920.

Automne 1971 : création du mouvement Choisir la cause des femmes, par Gisèle Halimi. Féministe en faveur de la maternité libre et de l’avortement, elle apporte une assistance juridique à des femmes contraintes de se présenter devant la justice pour avoir subi ou pratiqué une interruption volontaire de grossesse.

20 novembre 1971 : première manifestation publique menée par le MLF. En secouant le joug de la domination masculine, les féministes des années 70 remettent les pendules à l’heure… mais provoquent un séisme dans les relations hommes-femmes. (Marche internationale des femmes, Paris, 1971). C’est la première grande manifestation féministe depuis 1936.

Archive INA

Pour en savoir plus :

, ,

Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme.
Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson.

Rebecca West, romancière américaine.