Le 8 mars est
la Journée Internationale
pour les Droits des Femmes

Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes.

La Journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.


Comment dit-on ?

La « Journée de la Femme » n’existe pas !
Dites plutôt « journée des femmes ».
Au pluriel, voici pourquoi.

Maintenant On Agit

Après la libération de la parole, maintenant on agit : une centaine d’actrices et de personnalités françaises lancent un appel aux dons pour aider les victimes d’agressions sexuelles et de viols.

Cette année particulièrement, les prises de parole des femmes, partout dans le monde, nous obligent tous et toutes à être à la hauteur de leurs attentes.


8 mars 2018

  • 11 mars 2018 Le 8 mars 2018 dans le monde

    L’édition 2018 de la journée internationale des droits des femmes a eu une saveur particulière. Quelques mois après les premières révélations (...)

  • 8 mars 2018 Maintenant on agit !

    Des milliers de françaises descendent dans les rues pour défendre les droits des femmes et exiger des mesures contre les violences sexistes et sexuelles.

  • 8 mars 2018 Grève générale des femmes en Espagne

    Une grève générale féministe sans précédent oblige le gouvernement espagnol à prendre en compte les revendications d’égalité des droits et des salaires.

Livetweet 8 mars 2018

À suivre : @8mars et #8mars

Nous femmes, nous voulons
être ce que nous sommes,
et ne point être ce qu’on nous fait.

Maria Deraismes - 1869.