|

1949

Le choc du Deuxième Sexe

Après la Seconde Guerre mondiale et l’obtention du droit de vote, les revendications féministes se font plus discrètes. Dans ce contexte, l’essai que signe Simone de Beauvoir en 1949, le Deuxième Sexe, éclate comme une bombe.

« Si l’on dit que les Hommes oppriment les Femmes, le mari s’indigne, mais le fait est que c’est le code masculin, c’est la société élaborée par les mâles et dans leur intérêt qui a défini la condition féminine sous une forme qui est à présent pour les deux sexes une source de tourments. »

Parce qu’il met en lumière la position d’infériorité dans lequel la société maintient la femme et qu’il appelle à la lutte pour l’indépendance, il servira de référence au renouveau féministe américain et européen.
Très vite cet essai devient la bible du féminisme mondial. Sauf en France, où il déclenche de violentes polémiques entre intellectuels [1], mais sans susciter de prise de conscience notable.

D’autres œuvres, plus tardives, telles que la Femme mystifiée (The Feminine Mystique, 1963) de l’Américaine Betty Friedan, rendent compte du sentiment diffus parmi les femmes de discrimination et d’oppression au sein de la famille, du mariage et de la sexualité. C’est contre cette oppression que s’élèvent les mouvements de libération des années 1960-1970, dans le sillage des mutations démographiques, économiques et sociaux de l’époque. Au-delà de l’égalité entre les sexes, c’est la spécificité de l’identité féminine que ces mouvements affirment avec force.

Pour en savoir plus :

[1] Les critiques masculines seront particulièrement violentes. L’écrivain François Mauriac s’écrie alors : Nous avons atteint les limites de l’abject ! et s’indigne que l’initiation sexuelle de la femme devienne un sujet littéraire, philosophique, quand d’autres dénoncent la basse description graveleuse, l’ordure qui soulève le cœur. Ce à quoi Maurice Nadeau répond en critiquant ceux qui n’ont pu se délivrer tout à fait d’un certain malaise à voir une femme, fût-ce une philosophe, parler ouvertement des choses du sexeJe nage dans l’enthousiasme, enfin une femme qui a compris.

,

Partagez cette page :  Envoyer à une amie