|

1975

La loi Veil autorise l’IVG

15 janvier 1975
C'est tout de même plus chouette de vivre quand on est désiré

En France, contribuant à éviter bien des drames, la loi Veil du 15 janvier 1975 autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Un texte provisoire est voté pour 5 ans. Le vote définitif se fera en 1979.

Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme — je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame.
— Extrait du discours de Simone Veil

Grâce à Simone Veil, ministre de la santé, les contraceptifs sont remboursés par la Sécurité sociale et les mineures peuvent y avoir recours sans l’autorisation de leurs parents. Parallèlement, la relation mère-enfant fait l’objet de nombreuses études psychologiques.

Toutefois, les avortements clandestins en France restent importants pendant les 20 années suivantes, jusque dans les années 1990, où leur nombre décroit sensiblement.

Pour en savoir plus :

  • Lire Les hommes aussi s’en souviennent, de Simone Veil, éditions Stock, 2004. Ce livre contient le discours du 26 novembre 1974 à propos de son projet de loi sur l’avortement.
  • Voir le film Les Hommes s’en souviendront de Valérie Müller, 2006, qui retrace les dernières minutes d’intimité qui ont précédé, le 26 novembre 1974, l’entrée de Simone Veil dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale pour y présenter son projet de loi pour l’avortement.
  • Interview de Simone Veil, 17 janvier 1975 : La Loi Veil autorisant l’avortement a été votée
  • Il y a 40 ans, le discours de Simone Veil à l’Assemblée

, ,

Il a fallu cent ans pour effacer les discriminations les plus criantes entre les hommes et les femmes,
mais qu’attend-on pour abroger celles qui restent ?

Benoîte Groult - Extrait de Ainsi soit-elle - 1975.