Simone Veil

Femme politique née en 1927

Femme politique d’exception, Simone Veil a défendu la loi sur la contraception et la légalisation de l’avortement avec force et détermination.

En 1944, après de brillantes études de droit à Paris, Simone Annie Jacob est déportée à Auschwitz avec sa famille. Simone et sa sœur survivent.

En 1946, elle épouse André Veil, inspecteur des finances. À 30 ans, elle est attachée au ministère de la Justice, dans l’administration pénitenciaire où elle se montre particulièrement attentive au sort des prisonniers. En 1969, elle est nommée conseiller technique du garde des Sceaux. Un an plus tard, elle est secrétaire général du Conseil Supérieur de la Magistrature, première femme à y entrer.

Simone Veil semble vouée aux plus hautes fonctions qu’aucune Française ait jamais exercées. À la fois maternelle et pleine d’assurance, féminine et sécurisante, cette grande femme brune au chignon strict et au regard vert d’une étonnante acuité sait s’imposer très naturellement dans le milieu éminemment masculin de la politique.

Simone Veil, à la tribune en décembre 1974

En 1974, Valery Giscard d’Estaing la fait entrer au gouvernement, sur le conseil de Jacques Chirac, au titre de ministre de la Santé où des dossiers délicats lui sont confiés. Sa plus éclatante victoire reste la loi sur la contraception et la légalisation de l’avortement (1975). Les débats qui ont précédé l’adoption de ces deux mesures ont été particulièrement houleux mais ont révélé la force paisible et l’intelligence de cette grande figure politique.

Simone Veil quitte son ministère en 1979 pour devenir présidente de l’Assemblée européenne. Elle poursuit son parcours atypique, indépendante et entièrement dévouée à ses idéaux de justice et de démocratie, obtenant le pouvoir sans jamais le rechercher, populaire sans aucune démagogie.

Pour en savoir plus :

  • Lire Les hommes aussi s’en souviennent, de Simone Veil, éditions Stock, 2004. Ce livre contient le discours du 26 novembre 1974 à propos de son projet de loi sur l’avortement.
  • Voir le film Les Hommes s’en souviendront de Valérie Müller, 2006, qui retrace les dernières minutes d’intimité qui ont précédé, le 26 novembre 1974, l’entrée de Simone Veil dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale pour y présenter son projet de loi pour l’avortement.

, , ,

Partagez cette page :  Envoyer à une amie