Faites grève

Le 8 mars, faites grève pour un monde qui respecte le travail des femmes : pour refuser le travail bénévole et pour réclamer l’égalité des salaires.

Aujourd’hui en France, les femmes sont toujours payées 26 % de moins que les hommes. Et si les femmes arrêtaient de travailler quand elles ne sont plus payées ? Un collectif appelle à la grève à partir de 15h40. Pourquoi ? c’est l’heure à laquelle les femmes cessent d’être payées chaque jour, sur la base d’une journée standard.

Si on ne bouge pas, il faudra plus d’un siècle pour atteindre l’égalité salariale (soit en 2186) ! Aurez-vous la patience ?

Grève mondiale des femmes

Les femmes et les filles effectuent 2/3 du travail mondial pour… 5 % du revenu mondial. La plupart du travail des femmes n’est pas salarié. En fait, la moitié de la population humaine se charge quasi bénévolement des soins essentiels à la survie de l’humanité. Le travail des femmes dans le monde n’est pas reconnu, ni valorisé.

Comment faire grève ?

À savoir : vous avez le droit de faire grève, même sans préavis. Deux conditions cependant : être au moins deux et concernées par les revendications.

N’importe qui peut participer à cette grève, seule ou ou avec d’autres, en prenant le temps libre que vous pouvez :

  • Parlez de cette grève autour de vous : dans votre famille, à l’école, dans votre communauté, à la garderie/crèche, la laverie, au centre commercial, à l’hôpital ;
  • Signez l’appel à la grève, collectez des signatures et faites circuler la pétition ;
  • Demandez à votre syndicat ou votre comité d’entreprise de soutenir ou d’adopter une résolution d’appui.
Commencez à organiser un événement dans votre communauté, sur votre lieu de travail, votre lieu de culte ou votre syndicat. Vous pouvez suggérer que le 8 mars les femmes et les filles :
  • cessent de travailler pendant une heure, 10 minutes, selon la durée possible ;
  • fabriquent et portent un brassard de la « Grève Mondiale des Femmes » ;
  • établissent un état des lieux des inégalités au travail et listent leurs revendications ;
  • fabriquent et exposent une affiche ou une banderole de la « Grève Mondiale des Femmes » ;
  • mettent sur pied une exposition sur le thème du travail des femmes ;
  • organisent une prise de parole où parler de votre travail, de vos vies, de vos revendications ;
  • placent un balai à la fenêtre pour montrer leur appui ;
  • organisent une marche ou un piquet de grève devant une institution d’importance ;
  • rencontrent les médias et/ou les politiciens pour exprimer leur mécontentement et leurs revendications…

Comment être solidaire sans quitter le travail ?

Vous avez envie de soutenir le mouvement mais vous ne pouvez pas quitter votre lieu de travail ? Il y a d’autres façons d’afficher vos revendications et votre solidarité :

Une affiche collée par une salariée pour l’égalité salariale entre hommes et femmes Crédit : Facebook / Claire Bourdon - 2016

Partout dans le monde

L’appel à la grève mondiale des femmes a été lancé le 8 mars 2000. Il est depuis suivi par des femmes dans plus de 60 pays, chaque 8 mars. La prise de conscience et les mobilisations féministes grandissent et font bouger les lignes partout dans le monde.

  • Les Espagnol·e·s : 4 millions à être en grève et en manifestation le 8 mars 2019. En 2018, la mobilisation espagnole est telle qu’elle oblige le gouvernement à prendre les revendications en compte.
  • Les Suisses : 500 000 en grève et manifestation le 14 juin 2019.
  • Les Argentin·e·s : 500 000 en grève et manifestation le 8 mars 2018 à Buenos Aires.
  • Les Islandais·es : 25 000 femmes dans les rues de Reykjavík (sur une population de 338 000 Islandais·es), le 24 octobre 2017.
  • En 2017, forte mobilisation : pour la première fois une cinquantaine de pays se mobilisent de manière coordonnée, pour « un jour sans femmes ».