|

1932

Une suffragiste perturbe le Sénat

Quand les femmes voteront…

En France, le Sénat a longtemps symbolisé l’exclusion politique des femmes. Début 1932, la suffragiste Jane Valbot interrompt à deux reprises une séance du Sénat en lançant dans l’arène des tracts pour le vote des femmes. Elle est alors interpellée. Elle récidive en février 1932, en inaugure une nouvelle forme d’action : elle s’enchaîne au banc d’une des tribunes, durant une séance du Sénat, en criant des slogans.

Cet acte audacieux est jugé très inconvenant pour une femme. Et la militante le sait. C’est pourquoi, non sans humour, elle attire l’attention sur un détail : sa chaîne est gainée d’une soie assortie à celle de sa toilette. La malheureuse est cependant admonestée par les huissiers.

La presse rapporte cet événement « savoureux » et apprécie particulièrement le détail vestimentaire. Il révèle un autre aspect des difficultés des féministes françaises qui ont intériorisé l’injonction d’être féminines, élégantes : Nous ne voulons pas nous départir de la modestie, de la mesure qui sied à notre sexe, dit la duchesse Edmée de La Rochefoucauld, présidente de l’Union nationale pour le vote des femmes dans les années 1930.

La française : je serais bientôt la seule dans le monde qui ne votera pas… Marianne, effigie de la République, assise de côté, symbolise les Françaises qui attendront leurs droits politiques jusqu’en 1944.
La France, « patrie des droits de l’homme », fut donc l’un des derniers pays occidentaux à réaliser le suffrage vraiment universel. Dessin, s.d. Reprod. photogr. Original BMD.

Partagez cette page :  Envoyer à une amie