Antiféminisme

Le discours antiféministe, de nature différentialiste, s’articule autour de deux axes, souvent combinés l’un à l’autre :

  • la place des femmes dans la société serait déterminée par leur « nature » spécifique qui limiterait leur capacité ou orienterait leur inclination ;
  • la différence entre les rôles sexués serait nécessaire à la préservation d’un ordre social harmonieux, fondé sur la distinction entre la sphère publique, réservée aux hommes, et la sphère privée où s’accompliraient les fonctions prétendument féminines (reproduction, éducation ou encore séduction…).

La participation des femmes à la vie publique, leur accès à l’éducation ou au marché du travail ont ainsi été dénoncés à différents moments de l’histoire comme un danger pour l’ordre social.

  • 1635 Création de l’Académie française

    L’Académie française est créée au 17e siècle pour réformer la langue en modifiant arbitrairement le genre des mots et valoriser le masculin.

  • 1889 Les suffragettes indignent la reine Victoria

    Dans l’Empire britannique de la seconde moitié du XIXe siècle, c’est une reine, Victoria (1819-1901), qui gouverne l’Angleterre depuis des décennies. (...)

  • 1917 Condamnation d’institutrices pacifistes

    En France, sous Clémenceau, l’institutrice féministe et militante pacifiste Hélène Brion est arrêtée et condamnée en conseil de guerre. Elle est inculpée de « défaitisme ».

  • 1968 Elles NE brûlent PAS leurs soutien-gorges

    La femme qui brûle son soutien-gorge est un mythe diffusé par les anti-féministes. Il n’y a aucune preuve de tel événement.

  • 1978 Procès d’Aix contre le viol

    Le retentissant procès d’Aix, pour viol en réunion, qui mobilise les féministes, va totalement changer le regard de la société.

  • 1981 En France, on peut violer les lesbiennes

    Dans les années 80, les lesbiennes sont considérées comme des malades à faire rentrer dans la norme.

  • 1986 Manifestation du 8 mars violemment réprimée au Chili

    Depuis 1977, une résolution des Nations Unies encourage les États à inscrire la célébration annuelle de la journée des femmes dans leur calendrier. (...)

  • 1989 Massacre antiféministe

    Le 6 décembre 1989, un homme pénètre armé dans l’école Polytechnique de Montréal et tire sur les femmes en criant : « Je hais les féministes ». Ce terrible massacre fit prendre conscience de l’ampleur de la violence contre les femmes.

  • 1995 Les Jupettes

    Le premier « Gouvernement Juppé » compte 27,9 % de femmes . À ces 12 femmes sont confiés des postes de secrétaires d’État ou des ministères de second (...)


Le féminisme est détesté parce que les femmes sont détestées. L’antiféminisme est l’expression de misogynie la plus directe. C’est une défense politique de la haine des femmes.

Andrea Dworkin, essayiste américaine.