Louise Michel

Militante anarchiste, institutrice (1830-1905)

Héroïne combattante de la Commune, aventurière de la liberté, Louise Michel rêvait de changer le monde.

Dans le Paris assiégé et affamé de la guerre de 1870, comme sur les barricades de la Commune, une femme combat pour les droits du peuple. Avec un courage et une détermination sans faille, Louise Michel prend les armes et, par la force de ses mots, galvanise les foules. Fille d’une servante et de « père inconnu », c’est une participante active de la branche la plus révolutionnaire de la Commune de Paris.

Homage à Louise Michel, dans une rue de Montmartre, en 2013 Photo de artsology.com

Alors que la capitale est en flammes et la révolte brisée, elle est arrêtée et emprisonnée. Devant le tribunal, elle déclare : Pour moi, la révolution sociale est le plus précieux des buts, c’est d’être une révolutionnaire qui me donne ma force. Elle ajoute : Si vous me laissez la vie sauve, je ne cesserai jamais de réclamer vengeance. Elle échappe à la peine de mort parce qu’elle est une femme mais est déportée en Nouvelle-Calédonie en 1873 où elle continue la lutte aux côtés des Canaques, dans leur révolte contre les colons. C’est à cette époque qu’elle adhère à l’anarchie.

Amnistiée avec les autres communards (après avoir refusé des mesures de grâce individuelle), elle revient à Paris en 1880 où elle est accueillie triomphalement par les ouvriers parisiens. À son retour, elle ne cesse de défendre les valeurs d’éducation, d’égalité, de progrès. Militante infatigable, elle fait de nombreuses conférences et dénonce activement l’état bourgeois. De 1890 à 1895, elle gère une école libertaire à Londres. Pour elle, « la tâche des instituteurs est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter ».

Simple, forte, aimant l’art et l’idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer ni être dominée, dit-elle.

Ses funérailles donnent lieu à une énorme manifestation. Cette femme généreuse et habitée, aventurière de la liberté, qui rêvait de changer le monde reste aujourd’hui trop peu connue.

À lire, cette BD qui raconte sa vie : Louise Michel, la Vierge Rouge, de Mary et Bryan Talbot, 2016.

Page réalisée avec la contribution de Mix-Cité.

Partagez cette page :  Envoyer à une amie