|

1946

En France : premières sénatrices

Dans l’immédiat après-guerre, les lois édictées par le gouvernement de Vichy demeurent en vigueur : délit d’homosexualité, avortement considéré comme criminel. Repeupler le pays est devenu le mot d’ordre, et on brandit la morale ou la religion : la femme parfaite est assidue au travail, dévouée à sa famille, lovée dans le giron protecteur de la mère patrie.

Conseil de la RépubliqueC’est dans une indifférence générale que les femmes font leur entrée au Sénat en France lors de la première séance de la session ordinaire de 1946, le mardi 24 décembre 1946.
Dès les premières consultations électorales organisées après 1944, des femmes sont élues. Au Conseil de la République, les femmes arrivent en 1946 : ces « pionnières », souvent issues de la Résistance, jouent d’emblée un rôle important. Sur un total de 314 sièges, les nouvelles élues en occupent 21, soit un pourcentage de 6,69 % : Mireille Dumont, Mariette Brion, Alice Brisset, Isabelle Claeys, Yvonne Dumont, Suzanne Girault, Maria Pacaut, Germaine Pican, Marie Roche, Jeanne Vigier, Gilberte Brossolette, Eugénie Éboué-Tell, Marie Oyon, Jane Vialle, Claire Saunier, Jacqueline Thome-Patenôtre, Marie-Hélène Cardot, Marie-Hélène Lefaucheux, Simone Rollin, Anne-Marie Trinquier et Marcelle Devaud.


Fin de la notion de salaire féminin. Le principe de l’égalité des droits entre hommes et femmes est inscrit dans le préambule de la Constitution.

Pour en savoir plus :

,

Partagez cette page :  Envoyer à une amie