|

1956

Création de la Maternité Heureuse

8 mars 1956

Les statuts de l’association « La Maternité Heureuse » (ancêtre du Planning Familial), présidée par la docteresse Lagroua Weill-Hallé, sont déposés le 8 mars 1956. Sous couvert d’assurer l’équilibre psychologique du couple et de promouvoir la santé des femmes, cette association pratique une propagande totalement interdite : revendiquer pour chaque couple, et chaque femme, le droit de contrôler les naissances. Car la loi de 1920, alors en vigueur, interdit et réprime la contraception et l’avortement.

C’est en 1947 que Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé découvre les méthodes utilisées par les médecins anglo-saxons, en visitant les cliniques américaines du Birth control (contrôle des naissances), initiées par Margaret Sanger. La communication qu’elle fait à l’Institut de France en mars 1955 sur la « maternité volontaire » a un grand retentissement et constitue le départ d’une campagne qui aboutit l’année suivante à la fondation de Maternité Heureuse. L’idée de la doctoresse Lagroua était de satisfaire aux vœux du couple en ce qui concerne les problèmes de la naissance, du couple lui-même et de la famille ; c’est-à-dire la fécondité, la stérilité, la conception, la maîtrise de la procréation, l’acceptation d’une grossesse en cours [1]. Lorsqu’elle crée, avec le docteur Pierre Simon, la Maternité Heureuse, sont but est de prévenir les drames de l’avortement en développant la contraception.

En adhérant, les femmes peuvent bénéficier des avantages de l’association : information sur les méthodes contraceptives, adresses de médecins formés, commandes de contraceptifs à l’étranger. Dans les années qui suivent, des centres d’accueil s’ouvrent dans différentes villes, et en 1960, la Maternité Heureuse devient le « Mouvement Français pour le Planning Familial » (MFPF), qui poursuivront cette activité contraire à la loi (jusqu’en 1967), mais bénéficiant d’un fort courant de sympathie et de la protection active de personnalités de premier plan.

Jeune couple en consultation à la Maternité Heureuse, Paris, 1956. Le Mouvement français pour le planning familial (nom adopté en 1960) délivre des contraceptifs avant le vote de la loi Neuwirth. © Janine Niépce / Roger-Viollet.

[1] Dossier pour la création d’une consultation pour l’étude des problèmes de la naissance, par la doctoresse Lagroua Weill-Hallé.

,

Féminisme. Oui, je crois qu’il est convenable, avant que de faire un enfant à une femme, de lui demander si elle le veut.

Jules Renard - extrait de son Journal.