Claudie André Deshays

Astronaute née en 1957

Première française dans l’espace, elle ouvre la voie de l’égalité jusque sur la Lune !

Claudie André-Deshays, désormais connue sous son nom d’usage Claudie Haigneré, est née le 13 mai 1957 au Creusot. C’est une scientifique, spationaute et femme politique française. Claudie se révèle très tôt une enfant surdouée, toujours en avance sur les autres et qui s’ennuie à l’école. Son rêve ? La gymnastique qui s’efface très tôt devant ses compétences intellectuelles élevées. Elle suit les conseils de ses parents et « en attendant », fait une année de médecine. Elle terminera l’année major de promo... Elle poursuit sa médecine à Dijon, et obtient son Doctorat en 1981. Des Certificats d’Etudes Spécialisées complèterons cette formation : C.E.S de biologie et médecine du sport (1981), C.E.S. de médecine aéronautique et spatiale (1982), C.E.S. de rhumatologie (1984). Elle obtient un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) de biomécanique et physiologie du mouvement (1986) et soutient une thèse de neuro-sciences en 1992. Pendant huit ans, elle exerce à l’Hôpital Cochin, à Paris, en rhumatologie et réadaptation. Elle participe également à la préparation d’expériences de physiologie pour le vol de Jean-Loup Chrétien à bord de Mir en 1988.

Claudie André Deshays

C’est dans les couloirs de Cochin qu’elle lira une annonce de recrutement de pilotes d’essais et de scientifiques pour les futures missions spatiales du CNES (Centre Nationale d’Études Spatiales). Sur 1000 candidats, 7 seront retenus, 3 pilotes et 4 scientifiques. Parmi eux une seule femme. La creusotine est en route vers les étoiles. Le 17 août 1996, Claudie Haigneré débute un vol de 16 jours à bord de la station orbitale russe Mir dans le cadre de la mission franco-russe CASSIOPEE et effectue de nombreuses expériences médico-physiologiques, techniques et biologiques [1]. En novembre 1999, elle est intégrée à l’Agence spatiale européenne et rejoint le corps des astronautes européens à Cologne en Allemagne. En janvier 2001 elle devient la première astronaute française à voler à bord de la Station spatiale internationale.

À l’instar de ses comparses féminines, Claudie ouvre la voie de l’égalité… jusque sur la Lune !

A lire : Marie-Dominique Lancelot, « Claudie André-Deshays : A l’appel des étoiles », dans Revue aérospatiale, n°98, mai 1993.

[1] Parmi celles-ci, le suivi de l’état cardio-vasculaire de cosmonautes en apesanteur, l’étude du développement d’embryons de tritons, des expériences sur le comportement de structures métalliques en apesanteur.

Page réalisée avec la contribution de Charlène Colinet.

Partagez cette page :  Envoyer à une amie