Benoîte Groult

Journaliste et écrivaine (1920-2016)

« Le féminisme n’a jamais tué personne.
Le machisme tue tous les jours. »

Féministe d’enthousiasme, pont entre les générations, lucide et enjouée, beaucoup reconnaissent Benoîte Groult comme une figure emblématique du féminisme. Grâce à ses écrits, des millions de lectrices et lecteurs ont pris conscience de l’oppression des femmes et des conditions de leur émancipation.

D’abord enseignante, journaliste depuis la Libération, elle a collaboré à diverses publications : Elle, Parents, etc. Dès l’adolescence elle a cultivé le goût de l’écriture mais c’est à un âge mûr qu’elle s’est lancée sur la scène littéraire, d’abord avec sa sœur Flora : Journal à quatre mains (1963), Le Féminin pluriel (1965), Il était deux fois (1967).

Sa vie et son œuvre font d’elle un témoin privilégié des bouleversements sociaux dans les rapports hommes/femmes qui ont marqué le 20e siècle. Son féminisme, déclaré tardivement lui aussi, est une clé de lecture essentielle de son parcours, un identifiant de sa personnalité.
En 1978 elle fonde avec Claude Servan Schreiber un mensuel féministe, F MAGAZINE, dont elle assure les éditoriaux. De 1984 à 1986 elle assure la présidence de la « Commission de Terminologie pour la féminisation des noms de métiers, de grades et de fonctions » initiée par la ministre Yvette Roudy. Depuis 1982 elle est membre du jury du Prix Fémina.

Elle est l’auteure de plusieurs romans : La Part des choses (1972), Les Trois Quarts du Temps, Les Vaisseaux du cœur, La Touche Étoile, et d’un remarquable essai féministe, Ainsi soit-elle (1975), qui a connu un grand succès.

Pour en savoir plus :

Partagez cette page :  Envoyer à une amie